Inscription à la newsletter
Suivez-nous sur
ACCUEIL
ARTS & LITTERATURE
MUSIQUE
EVENEMENTS
LIFESTYLE
AGENDA
CONTACT
PARTENAIRES
AFRIK1FLUENCES - ACTUALITES - ARTS & LITTERATURE
Ousmane Sow, de la taille des grands hommes
Par Maïla Mendy - Le 1 décembre 2016

« Il emporte avec lui rêves et projets que son organisme trop fatigué n’a pas voulu suivre » : ces paroles ont été prononcées par la famille d’Ousmane Sow, à l’annonce du décès du sculpteur le 1er décembre 2016. Il avait 81 ans. Et quand on voit l’artiste prolifique qu’il a été, on se dit qu’effectivement seule la mort pouvait stopper sa soif de sculpter.

 

Cet art, il l’a pratiqué dès l’enfance. Né en 1935 à Dakar, c’est sur les plages de la capitale sénégalaise qu’il prend goût à la sculpture, en modelant des blocs de calcaire. Une activité qui ne restera pas un jeu d’enfant. Si la mort de son père en 1956 le conduit à Paris pour mener des études d’infirmier puis une formation de kinésithérapeute, il est loin de laisser ses rêves d’artiste de côté. Il sera donc kinésithérapeute et sculpteur. Mieux : chacun de ses métiers nourrira l’autre puisque manipuler les corps humains lui permettra de connaître quasi parfaitement l’anatomie humaine. Et de sculpter des hommes, qui se caractérisent par leur grande taille. Mais à 50 ans, c’en est fini de cette double vie : il devient sculpteur, point. Le succès qui s’ensuivra lui donnera raison.

 

Les hommes de lutte : son inspiration

 

Dans cette vie dédiée à l’art, une chose l’inspire profondément : ses racines familiales. Avec un père ayant combattu lors de la première guerre mondiale et un grand-oncle, le célèbre Lat Dior, connu pour avoir mené la lutte contre la présence coloniale française, il y a de quoi puiser pour créer des héros guerriers. Ou des héros, tout court. Ousmane Sow assumera parfaitement cet héritage.

 

Les Nouba ou les Masai hier. Nelson Mandela ou Toussaint Louverture plus récemment. En 2015, Ousmane Sow inaugure à La Rochelle une statue de bronze de 2,80m et 683 kg, en l’honneur du héros de l’indépendance haïtienne et pionnier de l’abolitionnisme de l’esclavage.

 

1999 sera l’année de la consécration. Toujours grâce à une histoire de héros guerriers. De ses mains, il redonne vie à la bataille de Big Horn ou quand des Indiens luttent contre l’invasion de leurs terres. Sa série autour de cette bataille, ainsi que certaines autres de ses œuvres, est exposée en 1999 sur le pont des Arts, à Paris. Résultat : plus de 3 millions de visiteurs ! Une notoriété au sommet, même si bien avant cela, il avait déjà eu les honneurs de la Dokumenta de Kassel (Allemagne) ou encore de la Biennale de Venise (Italie). Le monde de l’art le reconnaîtra définitivement comme l’un des leurs en décembre 2013 : il devient le premier artiste noir à entrer à l’Académie des beaux-arts. Un grand homme, on vous dit.

VOIR TOUTES LES ACTUALITES
Sénégal
AGENDA
VOIR TOUTES LES DATES A VENIR
Création Mak2-Hébergement MaSolutionWeb.com-© 2014 - 2017 afrik1fluences.com